Les parlementaires communistes à l’hôpital de Longjumeau

17/02/2018

Après la belle manifestation de samedi dernier, Longjumeau accueillait, ce jeudi 15 février, le tour de France des hôpitaux des parlementaires communistes. Il s’agit pour les députés et sénateurs PCF de rencontrer tous ceux qui, aux quatre coins du pays, se battent contre les fermetures d’hôpitaux et la privatisation du service public et pour une véritable réforme progressiste de la santé. Pour cette conférence de presse de Pierre Laurent, sénateur, secrétaire national du PCF, de nombreux militants et élus avaient fait le déplacement, parmi lesquels : Emmanuel Dassa, maire de Briis-sous-Forges, Colette Jan, conseillère municipale de Massy, Marie-Claire Arasa, maire adjointe de Morsang-sur-Orge, Yveline Le Briand, maire adjointe de Grigny, Pierre Bertiaux, maire adjoint d’Orsay, Bernard Vera, Président de la Communauté de commune du pays de Limours, François Jousset, Conseiller municipal d’Etampes… dés élus Europe écologie et des syndicalistes de la CGT et de Sud avaient également répondu à l’invitation. Le combat continue !

Voir la vidéo du rassemblement

Publicités
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Régularisation des sans-papiers !

17/02/2018

Philippe Martinez est venu soutenir les travailleurs étrangers en lutte pour leur régularisation à Chilly-Mazarin.

Depuis lundi 12 février, 19 personnes employées par Chronopost se sont mises en grève sur le site de Chilly-Mazarin. Enfermées dans une salle de l’entreprise, elles réclament leur régularisation comme 115 réparties sur six entreprises d’Ile-de-France dont 15 chez SEPUR, spécialisée dans la collecte des ordures ménagères, à Wissous.

Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, est venu ce vendredi 16 février pour défendre leur cause.

À l’issue de son entrevue avec la DRH de Chronopost, Philippe Martinez a déclaré : « Ces travailleurs sont en grande majorité des intérimaires. Ils disposent de papiers de leurs pays d’origine et paient des cotisations. Certains occupent des postes en France depuis plusieurs années mais sont très souvent moins bien payés que les autres. Ils réclament une régularisation que nous sommes décidés à les aider à obtenir ».

Le leader de la CGT poursuit : « Même si l’entreprise n’est pas directement en cause dans la situation administrative de ces grévistes, elle a aussi une part de responsabilité et a le pouvoir d’appuyer les demandes de régularisation ». Olivier Champetier, secrétaire de l’UD CGT dénonce : « Au niveau des préfectures, les critères de régularisation se durcissent chaque jour un peu plus ».

Vendredi, à l’issue des négociations menées avec des dirigeants de Chronopost, la CGT a obtenu l’autorisation de nouer un contact direct avec les 19 grévistes retranchés dans les locaux de Chilly-Mazarin. Philippe Martinez a précisé : « Ce sont des êtres humains. Ils ont des besoins et doivent pouvoir poursuivre leur lutte dans la dignité. Nous avons obtenu le droit de leur rendre visite chaque jour pour leur fournir de la nourriture, des vêtements, matelas et couvertures. ».

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Manifestation contre la fermeture des hôpitaux du Nord-Essonne

10/02/2018

Ce samedi matin, à Longjumeau, plusieurs centaines d’Essonniens de tout le nord-ouest du département ont manifesté de l’hôpital à la mairie de Longjumeau puis dans le centre ville pour dire non à la fermeture programmée des hôpitaux de proximité de Juvisy, Longjumeau et Orsay. Plusieurs prises de parole du Comité de défense des hôpitaux, de la CGT, de Sud, ont regretté l’absence de soutien de la maire LR de Longjumeau « qui se comporte plus comme membre du conseil d’administration de l’hôpital que comme représentante des habitants de Longjumeau ». Michèle PLOTTU, présidente du Comité de défense a appelé à amplifier la mobilisation et à faire signer la pétition qui a déjà recueilli 34 000 signatures : « En route vers les 50 000 ! » a-t-elle lancé. Parmi la foule, de nombreux militants et élus communistes parmi lesquels, Lamine CAMARA, Conseiller régional d’Ile-de-France, Marjolaine RAUZE, maire de Morsang-sur-Orge, Philippe RIO, maire de Grigny, Chystel LEBŒUF, conseillère municipale de Palaiseau, Françoise SAINT-HILAIRE, Conseillère municipale d’Igny, Annick LE POUL, conseillère municipale des Ulis, Philippe CAMO, Conseiller municipal de Brétigny-sur-Orge…
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Hôpital de Longjumeau : Près d’un mois après le début de la grève, la direction refuse le dialogue avec les infirmiers anesthésistes et de bloc opératoire.

31 janvier 2018

Trois semaines après avoir commencé leur mouvement, les infirmiers anesthésistes et de bloc opératoire de l’hôpital de Longjumeau restent mobilisés. Ces agents du Groupement hospitalier nord Essonne (GHNE), unis dans un conflit portant essentiellement sur une modification des plannings, entament leur quatrième semaine de grève.

Le directeur du GHNE refuse toujours la compensation financière demandée par les agents grévistes pour le passage des gardes de 24 à 12 heures, programmé pour le 1er mars, pour lui, ce n’est pas possible budgétairement. Mais le syndicat Sud indique que « dans d’autres hôpitaux, où la situation de déficit est plus grave qu’à Longjumeau, ils parviennent à compenser financièrement ce changement de rythme de travail qui ne sera pas sans conséquences ». En outre, il met aussi en avant « le doublement des frais kilométriques pour les agents qui viennent en voiture, la question de la garde d’enfant, de la cantine… » que cela va entraîner.

Pour une infirmière anesthésiste ces mesures  vont tout changer pour la vie de famille. Selon elle, le manque d’effectifs devrait s’aggraver aux blocs opératoires: « Nous avons toujours accepté de faire des efforts lorsque nécessaire, mais le système ne peut pas fonctionner si nous ne sommes pas en nombre ».

Il faut noter que la plupart des agents sont au travail, car assignés par la direction, mais ils restent mobilisés pour ce qui est un vrai enjeu de santé publique.

NON A LA FERMETURE DES HÔPITAUX
DU NORD DE L’ESSONNE !

Voir l’article : « Près de 9 français sur 10 soutiennent les mouvements sociaux »

Voir tract de la section de Massy du PCF
sur la fermeture des hôpitaux du Nord de l’Essonne

Journal France2 : « Les hôpitaux craquent »

Extrait du journal de France2 du 23/01/2018 consacré à la crise hospitalière. Campagne « Balance ton hosto ».

Voir l’article sur la crise hospitalière : un millier de médecins et de cadres hospitaliers dénoncent les conditions de travail à l’hôpital

Visualiser le reportage d’Europe1 : « Entre burn out et sous-effectif, les Ehpad au bord de la rupture »

 

Philippe Martinez (CGT) : « 50 millions, c’est largement insuffisant »

 

Voir l’article de l’Humanité du 27 janvier 2018 sur la grève dans les EHPAD

Tout cela, ajouté à la désertification médicale,
c’est tout le système de santé qui est en crise
et la politique de Macron ne fait qu’accentuer les choses.

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Hôpitaux Nord-Essonne : Pour la création de centres de santé pluridisciplinaires

02 janvier 2018

Non à la casse des hôpitaux publics de proximité
Pour la création de centres de santé pluridisciplinaires

Au 1er janvier 2018, les trois hôpitaux publics de Juvisy, Longjumeau et Orsay seront fusionnés en un seul établissement dénommé Groupement Hospitalier Nord-Essonne (GHNE). Officiellement, lʼobjectif est de coordonner et dʼaméliorer lʼoffre hospitalière de soins sur le territoire. Mais la vérité se révèle moins sympathique. Il sʼagit de fermer les trois hôpitaux actuels et de les remplacer, dʼici 2025, par un nouvel hôpital situé sur le plateau de Saclay, avec à la clé, la disparition de 500 lits et de 800 emplois. Ce nouvel hôpital serait à peine plus grand que l’actuel hôpital de Longjumeau !

Les raisons de ces mesures ? Elles ont été données par Agnès Buzyn, la ministre de la santé, à lʼoccasion du débat sur la loi de finances 2018 de la Sécurité sociale : réduire coûte que coûte les dépenses de santé dont 30% seraient, selon elle, inutiles ! Ce quʼelle ne nous dit pas, cʼest quʼil sʼagit en fait de livrer nos hôpitaux au secteur privé.
Oui, nos dépenses de santé sont en hausse ! Parce que nous sommes plus nombreux, que nous vivons plus vieux et que des traitements nouveaux permettent de mieux se soigner.
Faudrait-il le regretter ? Non, bien sûr !

Les communistes proposent

➤ Lʼarrêt de toutes les restructurations hospitalières en cours. Les besoins de santé doivent être élaborés dans la proximité en lien étroit avec les professionnels de santé, les organisations syndicales, les associations dʼusagers et les élus locaux.
➤ La suppression de la taxe sur les salaires payée par les hôpitaux. Les 4 Mds dʼeuros dʼéconomies réalisées permettant de résorber le déficit et de créer des milliers dʼemplois.
➤ La création, dans chaque ville ou bassin de vie, dʼun centre de santé public, travaillant
en coopération avec un hôpital de proximité.
➤ Lʼaugmentation du nombre de professionnels de santé en formation.

Voir le tract dans son intégralité

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Le gouvernement publie au JO un guide du parfait licencieur !

11/01/2018

Les macroniens osent tout, c’est même à ça qu’on les reconnaît. Le gouvernement a conçu et publié au Journal Officiel (décret du 30 décembre 2017) des lettres de licenciement types pour aider les patrons à bien licencier, ce que le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, s’est efforcé de la justifier, mercredi 10 janvier, sur RTL :

« L’objectif, c’est de (…) simplifier la compréhension, pour tous les citoyens, de textes qui sont objectivement aujourd’hui incompréhensibles, assure-t-il. Nous ne tenons pas la main [aux patrons], nous donnons les moyens. Nous expliquons, nous faisons de la pédagogie » ajoutant que les licenciements donnent lieu à « beaucoup de procédures devant les tribunaux ».

Ainsi, en complément des ordonnances Macron facilitant les licenciements le gouvernement publie six modèles de lettre de licenciement qui précisent le cadre et la procédure à suivre en fonction des motifs invoqués : disciplinaire, inaptitude, non disciplinaire, économique individuel, économique pour des petits licenciements collectifs (entreprises jusqu’à 50 salariés) et pour de grands licenciements (plus de 10 licenciements sur une même période de 30 jours dans une entreprise de plus de 50 salariés) dans le cadre et hors cadre des plans de sauvegarde de l’emploi (PSE).

Pour la CGT, qui avait dénoncé cette démarche quand elle était encore au stade de projet, il s’agit d’un « kit clés en main pour licencier en toute impunité ». Ces lettres « n’ont pour finalité que d’empêcher un salarié injustement ‘remercié’  de se défendre et faire valoir ses droits en justice », estimait le syndicat, pour qui elles ouvraient la porte « à tous les abus ».

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Pour les macroniens, un chômeur est un suspect…

05 janvier 2018

À en croire E.Macron et le gouvernement, après une « liberté » donnée au patronat via la casse du code du travail, la réforme sur l’assurance chômage devait « rééquilibrer » les choses, avec davantage de « sécurité » pour les salariés. Tartuferie comme en témoigne le contenu  du document provenant du Ministère  du travail, révélé par le Canard Enchaîné. Rédigée par un ancien cadre du Medef, aujourd’hui installé dans le fauteuil de la direction de cabinet de la Ministère du travail, cette note annonce un très sévère durcissement des sanctions contre les chômeurs qui devront par ailleurs remplir un « rapport d’activité mensuel ». Pierre Gattaz avait sonné la charge en octobre dernier en proposant ce contrôle.

Liberté et impunité pour les « premiers de cordées » et contrôle, sanctions, tri et relégation sociale pour les plus fragiles. Voilà le vrai visage du macronisme qui n’est en rien une politique équilibrée, bienveillante, pragmatique…mais une offensive inédite des forces de l’argent contre les valeurs républicaines et le progrès social.

Il faut rappeler qu’un chômeur sur deux n’est pas indemnisé et que cette indemnisation est un droit obtenu via les cotisations sociales. Il faut aussi préciser qu’une récente enquête de Pôle emploi met fin au mythe des chômeurs profiteurs, en effet 86% des chômeurs sont effectivement à la recherche d’un emploi.

Avec de telles recommandations, le contrôle et la sanction des chômeurs -qui existent déjà-  si durement renforcés seraient un basculement dans une société de la défiance et du rejet vis à vis de celles et ceux qui ne trouveraient pas leur place dans la France Start-up de Macron. Ainsi, pour les macroniens, après les Gad, les costards, ceux qui foutent le bordel ou qui n’aiment pas les réformes…c’est toujours sus aux plus précaires !

Les chômeurs n’ont pas besoin d’un contrôle renforcé mais d’un véritable service public de l’emploi avec des moyens supplémentaires, d’une véritable sécurisation de l’emploi et de la formation, de contrats de travail permettant de se projeter dans la vie et de salaires décents…

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire