Nouveau pacte ferroviaire : Les sénateurs communistes contre la casse du service public ferroviaire

La droite sénatoriale et les partisans de la majorité présidentielle ont adopté le projet de loi pour un « nouveau pacte ferroviaire ». Les séna­trices et sénateurs du groupe CRCE1 ont voté contre ce projet de loi qui livre au privé ce secteur d’intérêt général, structurant pour l’aménagement du territoire et ouvre la voie à la privatisation future de l’opérateur histori­que. Ce texte porte le risque de la création de nouveaux déserts ferro­viaires en subordonnant le droit à la mobilité à la rentabilité financière pour les opérateurs.

Éliane Assassi, au nom du groupe CRCE, dans son intervention, a dénoncé l’accord entre le gouvernement, la majorité d’En Marche et la majorité du Sénat pour transformer la SNCF en une myriade de sociétés anonymes, opérer la casse du statut de cheminot et procéder à l’ouver­ture à la concurrence. Elle a regretté que ce gouvernement agisse par dogmatisme alors que toutes les expériences de libéralisation du rail, au sein de l’Union européenne, ont été un fiasco aboutissant à une dégrada­tion du service et des conditions de travail, à une hausse de tarifs. Elle a dénoncé un projet technocratique, déconnecté du quotidien de nos conci­toyens pour qui la galère des transports n’est pas liée à la structure du marché mais bien plus aux désengagements de l’État et au sous-inves­tissement dans les réseaux. Elle a rappelé que le gouvernement aurait pu faire autrement et se saisir du règlement OSP2 pour préserver le modèle français qui permet une péréquation au niveau national et entre les différentes activités au sein de l’opérateur public, ainsi qu’un haut niveau de sécurité notamment du fait de la compétence des agents.

Au final, les sénatrices et sénateurs du groupe CRCE ont estimé que cette réforme était avant tout idéologique. Le « président des riches » et son gouvernement ont décidé de s’attaquer aux citoyens, et notamment les plus fragiles, et aux salariés ! Après les APL cet hiver, les « pseudos privilèges » des cheminots aujourd’hui, viendront demain les aides socia­les et les retraites. La réforme de la SNCF est un symbole, un repère social que le gouvernement et le président veulent faire sauter.

Les sénatrices et sénateurs du groupe continuent donc de demander le retrait de ce texte. Ils ont réitéré leur volonté d’une réforme ambitieuse pour construire le service public ferroviaire du XXIe siècle, écologiquement responsable et répondant aux besoins de la nation. Ils ont appelé le gou­vernement à faire cesser le conflit en engageant une véritable négocia­tion avec tous les partenaires sociaux.

[1] Groupe communiste, républicain, citoyen et écologiste
[2] Obligation de Service Publique

Voir tract de la section de Massy du PCF (juin 2018)

Voir tract « Changer OUI, casser NON ! »

Le Rail : L’expérience suédoise

La Suède est le premier pays en Europe à avoir privatisé le rail. La réforme est entrée en vigueur il y a plus de trente ans, mais elle ne fait pas l’unanimité.

Le train régional au départ de Stockholm pour Uppsala(Suède) aurait dû partir il y a près d’un quart d’heure ; le précédent, en face, a déjà été annulé. Enfin, une annonce, les passagers se lèvent d’un coup, c’est la course pour ne pas manquer l’autre train. En cette fin d’après-midi, ces passagers espèrent rentrer à Uppsala, ville située à 70 km de là.

La majorité de ces passagers prennent cette ligne tous les jours, certains depuis vingt ans. En Suède, sur certaines lignes très fréquentées, près de 30% des trains sont en retard.

Neuf compagnies ferroviaires se font concurrence dans le transport de passagers. Dans leur majorité, les Suédois souhaitent un retour au service public du rail. Le système leur coûte plus cher et les prestations ne sont pas à la hauteur, et il n’existe pas de lignes à grande vitesse.

Voir l’article et la vidéo : « Réforme SNCF : comment l’expérience suédoise a tourné au vinaigre » sur francetvinfo.fr

Publicités
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

FETE DE L’HUMA 2018

Rendez vous à la fête de l’huma 2018, cliquez sur le lien ci-dessous :

https://massypcf.wordpress.com/fete-de-lhuma-2018/

 

 

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Manifestation du 26 mai 2018 pour la réhabilitation des Hôpitaux de Nard Essonne

27/05/2018

Manifestation de février 2018 contre la fermeture des Hôpitaux Nord Essonne

 

Près de 500 manifestants étaient présents samedi 26 mai 2018 devant l’hôpital de Longjumeau et dans les rues de Longjumeau contre la fermeture des hôpitaux de Juvisy/Orge, Longjumeau et Orsay et pour leur réhabilitation.

 

 

Voici l’article du Parisien du 26 mai qui résume les revendications du Comité de Défense.

Manifestation du 26 mai 2018 contre la fermeture des Hôpitaux de Nord Essonne et pour leur réhabilitation. Cliquer sur l’image pour visualiser la vidéo.

 

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

REHABILITATION DES 3 HOPITAUX PUBLICS DU NORD ESSONNE

RENDEZ VOUS PLACE DE FRANCE 9H15

POUR LE DEPART COLLECTIF

VERS LONGJUMEAU.

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

1er Mai 2018

1er Mai de solidarités, de revendications, de luttes et de conquêtes.

Vous pourrez rencontrer le 1er Mai les communistes en matinée dans Massy pour acheter les brins de muguet de la solidarité. L’après-midi sera consacrée à la manifestation parisienne. La défense du service public sera le thème central de cette journée.

Voilà des années que les gouvernements successifs ont fait le choix de la privatisation des transports contre le climat, l’égalité et le social : sous-investissement dans le rail et investissement massif vers autoroutes et autocars, privatisés qui favorisent notamment l’explosion du trafic de marchandises par poids lourds.

Depuis 1997 et la création de RFF, la SNCF est toujours plus segmentée, pour casser le corps social cheminot et poursuivre les privatisations préconisées par les « directives » européennes. Aujourd’hui, Macron pousse au bout la logique de l’éclatement de la SNCF. Partout en Europe, les recettes qu’il veut appliquer produisent la disparition de lignes, l’explosion des prix, la vétusté des installations et des trains, la disparition du fret. C’est toute la population qui paie triplement l’addition : financièrement, par l’inégalité territoriale induite, par sa santé altérée et par la pollution générée.

Après 20 ans d’une libéralisation amplifiée, l’empilement des directives européennes poussant dans ce sens, Macron propose d’achever le service public ferroviaire par ordonnances avec des conséquences dramatiques pour les usagers et l’aménagement des territoires. Pour y arriver, Il accable les cheminot.tes, les faisant passer pour des privilégié.es qui, comme les retraité.es, les étudiant.es ou les chômeurs.ses, ruineraient la France. La réalité est tout autre : ils et elles se battent pour sauver l’emploi des générations qui viennent.

Le train n’est pas qu’un moyen de locomotion, c’est un service public, un outil essentiel à la transition écologique et il est insupportable qu’il puisse s’arrêter aux portes des grandes métropoles. La bataille du service public ferroviaire est d’abord une bataille pour l’égalité.

Face à ce gouvernement, qui veut parachever la transformation d’un service public censé être guidé par l’intérêt général en une entreprise du CAC 40, les cheminots et les cheminotes ne sont comptables de rien. Pas plus que les étudiant.es qui perdent une partie de leurs APL, les retraité.es qui voient la CSG augmenter, les personnels de soins, les enseignant.es, les chômeurs.ses ou l’ensemble des fonctionnaires. Pas plus que les migrant.es qui subissent une politique indigne.

Macron et Philippe veulent en faire des bouc-émissaires ? Nous affirmons collectivement qu’ils et elles sont les victimes des politiques libérales menées depuis tant d’années, qui expliquent la montée de l’extrême-droite partout en Europe.

Ils nous veulent désunis ? Nous répondons que nous serons dans la rue le 1er Mai pour défendre l’accès au service public, à commencer par le ferroviaire, les cheminot-e-s, mais aussi l’ensemble des fonctionnaires et l’intérêt des usager-e-s.

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Les dernières heures de l’hôpital public ?

23/04/2018

Non à la fermeture des hôpitaux de
Juvisy, Longjumeau et Orsay !

En Essonne deux autres hôpitaux, dépendant de l’AP-HP, situés à Draveil, doivent être fermés :

  • Hôpital Joffre, centre de gérontologie, doit fermer en juillet 2018
  • Hôpital Dupuytren doit lui être fermé en 2020

… et pourtant,

selon le site de l’AP-HP : « L’hôpital Joffre-Dupuytren
est un pôle d’excellence gériatrique de l’Essonne »
(voir le lien)

Liste, pour toute la France, des suppressions/destructions d’hôpitaux ou de services dans le secteur public hospitalier au 18/01/2018 : voir le lien.

 Non à la fermeture des hôpitaux
de Juvisy, Longjumeau et Orsay !

Oui à la réhabilitation.

Signez la pétition : lien

Voir la vidéo : « Les dernières heures de l’hôpital public »,

une enquête de Usul (ci-dessous)

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

DEFENSE DES HOPITAUX PUBLICS

La prochaine réunion du collectif de défense des hôpitaux publics sur massy

le jeudi 12 avril à 20H30 salle B Buffet – quartier du Pileu ( derrière le LIDL) .

Vous pouvez élargir les invitations à tous vos contacts,  et nous déciderons ensemble de ce que nous envisageons sur Massy :

– structure du collectif ( collectif, antenne ou mini antenne ) ?

– actions  massicoises : pétitions, distribution, rassemblement…
Même si vous n’avez pu être présent à la 1ère réunion vous serez les bienvenus, évidemment.

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire