Actualités (décembre 2018)

 

Grève des éboueurs de la vallée de Chevreuse (voir le communiqué et signer la pétition).

Communiqué des salariés de SEPUR, agence de Villejust

Monsieur Ivanov, président, déclare que « les nouveaux salariés de Sepur, issus du transfert de marché avec le prestataire sortant, ne perdront pas un euro ». Ils n’ont pas perdu « un euro » mais l’intégralité de leur salaire de novembre. En effet, les salariés ont reçu leur fiche de paie pour le mois de novembre 2018.Elles mentionnent toutes le même montant : 0 euros.

L’imprimerie Hélio-Corbeil menacée de fermeture après que la direction du Figaro a annoncé vouloir confier l’impression de TV Magazine à un autre imprimeur.

08/11/18 : Question orale de Fabien Gay, Sénateur Communiste (vidéo)

– Hausse du Smic de 200€ net et augmentation des retraites,
– Négociations salariales dans le public et dans le privé,
– Rétablissement de l’impôt sur la fortune,
– Egalité salariale femmes/hommes

Manifestations : « La réponse du gouvernement ne peut pas être la surenchère sécuritaire ».

Trinquier, maire de Wissous, salit la mémoire de Maurice Audin dans l’édito du bulletin municipal.

Maurice Audin

International :

2018 est une année particulière pour la Palestine. Elle marque les 70 ans de la création de l’État d’Israël et de l’expulsion des Palestiniens où ils étaient installés.

Voir tract France-Palestine Solidarité

Lien vers le site de France-Palestine Solidarité.

Publicités
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Actualités (novembre 2018)

 

Wissous : Richard Trinquier condamné pour violence et menace avec arme.

Richard Trinquier, comparaissait devant le tribunal correctionnel d’Evry le 21 novembre dernier. Il a été reconnu coupable d’avoir menacé le 8 avril dernier des gens du voyage avec un katana (sabre japonais).

Le Tribunal l’a condamné à 6 mois de prison avec sursis et 1500€ d’amende pour violence et menace avec arme.

Lire la suite…

(22/11/2018)

Trinquier, maire de Wissous, salit la mémoire de Maurice Audin dans l’édito du bulletin municipal.

Aidons les gilets jaunes
à penser rouge.

25/11/2018
Même en rêvant le jour à des révolutions auxquelles il vaudrait mieux parfois rêver seulement la nuit, reconnaissons que le mouvement des gilets jaunes réclame de la réflexion, du raisonnement et beaucoup de sang-froid pour essayer d’en comprendre les ressorts singuliers. Le citoyen résolument de gauche, qui cherche toujours des rebelles à chaque coin de rue pour participer au soulèvement général, se trouve quelque peu gêné par cette jacquerie fiscale enfantée par les réseaux sociaux.
                   Lire l’article dans son intégralité

Manifestation du 17 novembre pour la réhabilitation des hôpitaux publics de proximité
et contre la désertification médicale en Essonne.

600 personnes dont une vigtaine d’élus étaient présents à cette manifestation !

Cliquer pour lire l’article entier

Éducation Nationale (13/11/2018)

Pendant sa campagne électorale, Emmanuel Macron avait dit que sa priorité serait l’éducation dans le premier degré…

Oui, mais ça c’était avant ! …

Alors que les services du ministère de l’éducation nationale  prévoient une augmentation de 40000 élèves pour la rentrée 2019, le budget 2019 prévoit 2650 suppressions de postes d’enseignants dans le secondaire public, et plus de 400 postes en moins pour le personnel administratif.

D’ici 2022, Macron veut supprimer 50000 postes dans la fonction publique d’État l’Éducation Nationale  risque de payer encore un lourd tribut à cette politique désastreuse.

Lire l’article

Brésil, après l’élection de Jaïr Bolsonaro.

Bolsonaro veut gouverner « pour la majorité, pas pour la minorité ».
Et la minorité, c’est pêle-mêle : les noirs, les femmes, la communauté LGBT, les mili­tants de gauche, les Indiens, le mouvement paysan des sans-terre, les défenseurs de l’en­vironnement, les journalistes…
A l’annonce des résultats, les messa­ges de félicitations des néoli­béraux du monde occidental, Trump et Marine Le Pen en tête, mais aussi Macron, n’ont cessé de tomber. Et pour cause, son orientation, c’est une économie clairement néolibérale : réforme des retraites, indé­pendance totale de la Banque centrale, privatisations…
Les forces progressistes brésiliennes, loin de baisser les bras, comme l’a déclaré Fernando Haddad, vont rester mobilisées. La communauté internationale doit se ressaisir contre la menace de la « peste brune », encouragée par ce résultat, en prenant des mesures politiques humanistes, sociales et solidai­res, volontaristes d’émancipation humaine.

Lire l’article

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Hausse du prix des carburants : Halte au racket !

27 octobre 2018

La hausse actuelle des carburants est une véritable extorsion de fonds par un gouvernement qui « en profite pour faire gonfler » les taxes. Alors que le pouvoir d’achat des Français est déjà matraqué de tous côtés.

La spéculation bat son plein sur les marchés du brut. Les pétroliers engrangent des profits faramineux. En 2010, Total a fait 10 milliards d’euros de bénéfices sans payer d’impôt à l’Etat français !

Cette très forte évolution est due à l’augmentation démesurée du montant des taxes pesant sur les produits pétroliers, qui représentent aujourd’hui 60 à 65% du prix total d’un litre de carburant.

Il faut que ce racket cesse !

(Pour voir l’article dans son intégralité, cliquer ici)

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

APRÈS LE REMANIEMENT MINISTÉRIEL. STATU QUO AU GOUVERNEMENT DES RICHES

Vendredi, 19 Octobre, 2018

Déclaration d’André Chassaigne
Président du groupe GDR à l’Assemblée nationale (Extraits)

À peine plus d’un an après l’accession au pouvoir du président Macron, le quinquennat est englué dans un profond marasme, dans lequel nous ont plongés les valeurs néolibérales qui guident sa politique inégalitaire.

{…}

L’ordre du jour est désormais le suivant : sauver les apparences et être dans le déni. Mine de rien, droits dans leurs bottes, les deux têtes de l’exécutif font montre d’un dogmatisme qui dévoile les idéologues en chef qu’ils sont. Le néolibéralisme est leur religion et ils n’ont pas l’intention d’entreprendre une quelconque démarche de déradicalisation.

La décision de ne pas nommer un nouveau gouvernement et de ne pas procéder à une déclaration de politique générale traduit cette volonté de continuité. Dictée par les riches et pour les riches, la feuille de route du « gouvernement Philippe 2 bis » est destinée à poursuivre une politique régressive sur le plan social, écologique et démocratique.

{…}

Les forces de l’argent et des lobbies ont raison de toute action à la hauteur des enjeux du réchauffement climatique et de la sauvegarde de notre environnement. Elles bloquent tout plan d’action d’urgence globale pour répondre au défi de notre siècle.

Si le président Macron a abandonné le front de la lutte contre le réchauffement climatique, il est un front où il est bien présent et actif : celui de la défense des plus fortunés.

{…}

Il en a gagné un autre titre : celui de président des riches et des très riches, symbolisé par une série de choix fiscaux toujours aussi injustes : remplacement de l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF) par un impôt sur la fortune immobilière (IFI) limité aux seuls biens immobiliers ; création d’un prélèvement forfaitaire unique (PFU) au taux uniforme de 30 % sur les revenus du capital… ! Selon une étude publiée en janvier 2018 par l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), les 5 % de ménages les plus aisés devraient capter 42 % des gains à venir des mesures socio-fiscales du gouvernement d’ici à la fin 2019. Et c’est pour le 1 % des plus aisés que l’amélioration s’avère même la plus importante ! La première année du quinquennat a donc consisté à concentrer le gain fiscal pour les plus riches des riches…

À l’inverse, son gouvernement, le gouvernement des riches, n’a cessé de mener une politique antisociale d’une violence inouïe à l’encontre des salariés, des personnes privées d’emploi, des retraités, des jeunes…

{…}

En cela, la présidence Macron marque l’avènement d’une « technocrature » foncièrement antidémocratique, animée par la volonté de satisfaire une extrême minorité de nantis, plutôt que par le sens de l’État, du peuple et de l’intérêt général. C’est pourquoi nous plaidons en faveur d’un véritable débat constituant qui soit de nature à fonder une authentique République démocratique. Elle portera un nom : la VIe République.

Voir la déclaration complète d’André Chassaigne

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Un slam pour l’hôpital d’Alain Bruneel, Député Communiste du Nord

12 septembre 2018

Alain Bruneel, Député communiste du Nord, est fortement investi dans la défense de l’hôpital public, de ses personnels et de ses patients. Il a produit un slam pour communiquer autour de ce sujet et appeler à la mobilisation.

Le député PCF du Nord Alain Bruneel a entrepris avec ses collègues un tour de France des hôpitaux en janvier. Il a investi les réseaux sociaux avec le jeune slameur Ugo Dess pour dénoncer dans un clip la souffrance rencontrée dans les 110 établissements de santé visités. « Mais aussi pour envoyer le message qu’il ne faut pas se laisser faire », précise l’élu, qui raconte « le malaise très profond » de tous les personnels du fait du manque de moyens. « La phrase qui revient constamment c’est “on a appris le protocole de la bienveillance et là on est dans la maltraitance” », rapporte celui qui annoncera une dizaine de propositions d’urgence, ce week-end, à la Fête de l’Humanité.

Dans un communiqué publié en août, Alain Bruneel estimait que la situation dans les hôpitaux est devenue intenable. « Les milliers de soignants et de patients que nous avons rencontrés dans le cadre du tour de France des hôpitaux et des EHPAD expriment le manque criant de moyens financiers et humains », souligne le député communiste.

« La cocotte va exploser »

Depuis le mois de février, une vingtaine de députés et sénateurs communistes ont déjà visité environ 110 établissements. « Le constat est toujours le même : souffrance au travail, pas le temps de s’occuper des patients… La cocotte va exploser », assure Alain Bruneel.

Cliquer sur l’image pour visualiser la vidéo

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Macronie, Acte II : L’austérité continue !

02/09/2018

On ne change pas une politique qui aggrave la crise pour l’immense majorité de notre peuple !

Macron et Philippe droits dans les bottes du Capital !

Avec Edouard Philippe, la France plonge…

Dans une interview au JDD, le Premier ministre Édouard Philippe dévoile  les mesures budgétaires pour 2019. Elles sont marquées par une austérité renouvelée et s’en prend comme d’habitude au pouvoir d’achat des familles et des retraités, avec en plus des attaques contre l’assurance-chômage et les emplois aidés.

1) Pouvoir d’achat plombé pour deux ans

Les prestations sociales et familiales seront plafonnées à 0,3% en 2019 et 2020, alors que l’inflation redémarre suite, notamment, aux augmentations de taxes organisées par Macron et son équipe. Selon l’INSEE, l’inflation devrait être de 1,7%, donc 1,4% de perte de pouvoir d’achat à prévoir, pour les retraités cela s’ajoutera à la baisse des retraites de début 2018 de 1,8% ! Mais ce sont aussi, allocations familiales, de rentrée scolaire, primes de naissance, aide à la garde, APL, déjà touchées l’an dernier, qui seront désindexés, et n’augmenteront que de 0,3%.

2) La désocialisation des heures supplémentaires dès 2019 : une mesure contre-productive pour l’emploi

Le gouvernement compte supprimer dès le 1er septembre 2019 les cotisations salariales sur les heures supplémentaires. Selon l’OFCE*, le gain devrait s’établir à 0,4% du niveau de vie des ménages, soit 88€ par an et par ménage, l’OFCE ajoutant  que cette politique pourrait coûter 3 milliards d’euros à l’État et détruire 19000 emplois, les employeurs préférant allonger le temps de travail plutôt que créer des emplois.

3) Vers une dégressivité des allocations de chômage

C’est la reprise d’une proposition du député Macronien Aurélien Taché, qui souhaite baisser les allocations chômage des bénéficiaires touchant plus de 5000€ par mois. Fort à parier qu’il s’agit d’un ballon d’essai du gouvernement, qui devrait généraliser ensuite cette décision. Cette mesure pénalisera surtout les seniors, catégorie de demandeurs d’emploi qui touchent  les plus hauts revenus et qui ont beaucoup de mal à retrouver un emploi.

4) Nouvelle baisse des contrats aidés

Le nombre de contrats aidés va à nouveau baisser en 2019. En 2017, il étaient passés de 459000 à 310000, dans le budget 2018, c’était 154000 contrats aidés qui devaient être supprimés. Un nouveau coup de rabot est maintenant prévu en 2019.

Selon un rapport publié cette année par les sénateurs Alain Dufaut (LR) et Jacques-Alain Magner (PS), cela a provoqué des impacts très lourds pour les associations, les collectivités et les EHPAD. >En outre, ces mesures ont mis en péril de nombreuses structures et aggravé la situation de bénéficiaires. Du jour au lendemain des milliers de personnes ont de nouveau basculé dans la précarité.

5) 4.500 postes de fonctionnaires supprimés en 2019

Le gouvernement prévoit 4.500 suppressions de poste en 2019, et garde le cap sur la suppression de 50000 postes d’ici 2022. Outre le personnel des ambassades, c’est le ministère des Finances qui sera principalement visé – tant pis pour les 60 milliards d’euros d’impôts qui échappent chaque année à l’État !

Par ailleurs 70000  suppression de postes sont aussi à prévoir dans les fonctions publiques territoriale et hospitalière. On devrait en voir une nouvelle preuve avec la réforme de l’hôpital promise par Agnès Buzyn.

6) Le CICE pérennisé en baisses de cotisations

La pérennisation du CICE en baisse de cotisations fait figure d’exception pour les annonces uniformément austéritaires… Il faut rappeler qu’elles sont à l’avantage des entreprises. Édouard Philippe, qui ne parle que d’économies, justifie ce trou de 21 milliards dans le budget 2018. Plus de 70 milliards ont été consacrés à cette aide, depuis sa création en 2013, aux entreprises sans avoir jamais fait la preuve de son efficacité.

Quand on parle de l’État providence… oui, mais pour les entreprises ! Ça aussi c’est le coût du capital !

On le voit le nouveau monde selon Macron ressemble comme deux gouttes d’eau à l’ancien monde de Sarkozy, Hollande, le mépris pour les Français en plus.

(*) OFCE : Observatoire Français des Conjoncture Économiques, selon une étude de juillet 2017
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

DISPARITION DE ROBERT VIZET

Une grande figure communiste de l’Essonne qui disparait.

C’est avec tristesse que nous apprenons le décès de notre camarade Robert VIZET, c’est une grande figure de l’Essonne qui disparait.

A la fin 1945, il militait à l’Union de la Jeunesse Républicaine de France. C’était un lieu de rencontre de jeunes communistes et de nombreux jeunes venant de divers autres mouvements de la Résistance.

La Résistance, Robert l’a rencontrée en 1943 où on le charge – de sa première mission – de constituer un groupe de jeunes à Igny.

Il connait alors cette vie dure et passionnante, exaltante et dangereuse des patriotes qui luttent contre l’occupant. C’est d’ailleurs de peu qu’il échappera à la Gestapo. La période était pleine de risques. Tomber entre les mains de l’ennemi, signifiait la torture, l’assassinat ou les camps de concentration d’où ne sont revenus que 3 à 4 résistants sur 10 et 4 juifs sur cent. Son ami de Résistance, Raoul BONNAMY, secrétaire de la section communiste de Palaiseau, sera de ceux qui ne sont pas rentrés.

Mais à cette époque, lorsque l’on a vingt ans, on va jusqu’au bout. D’autant que la certitude est là, de la prochaine défaite des hitlériens et de leurs valets de Vichy.

C’est ainsi que Robert sera des combats de la libération de Paris. Son groupe de Résistance s’appelait Léon FROT, du nom de ce résistant Conseiller municipal du 11ème arrondissement de Paris, fusillé par les nazis.

Lorsque Paris et les villes de la région parisienne sont libérés, Robert ne se sent pas quitte.

Il s’engage pour la durée de la guerre.

Il est envoyé sur ce que l’on appelait le Front de l’Atlantique où les Allemands s’étaient retranchés, notamment à La Rochelle. Il est parmi les libérateurs de ce port. Démobilisé, il milite à l’UJRF. Il sera un des dirigeants nationaux de ce beau et grand mouvement d’enfants « les Vaillants et les Vaillantes ».

Le fascisme hitlérien en Europe a été vaincu comme l’a été le fascisme japonais en Asie.

Mais, la France, occupée, pillée durant quatre années, était à remettre sur pied. Robert, comme des dizaines de milliers de jeunes, fut de ces reconstructeurs.

C’était aussi l’époque où des groupes français, qui avaient combattu les japonais en Indochine furent engagées dans une nouvelle guerre contre le peuple du Viet Nam qui souhaitait son indépendance.

Aussi déterminé qu’il le fut contre l’occupant, Robert ne pu se résoudre à ce que la France fasse la guerre à un pays hier colonisé. Il s’engagea contre cette guerre comme quelques années plus tard il luttera contre la guerre d’Algérie.

Il considérait son appartenance au camp anticolonialiste comme la poursuite de son parcours dans la Résistance. Et, cette suite logique l’amena encore à aider ceux qui, dans l’Espagne de Franco, s’opposant à ce qui sera un des derniers bastions du fascisme de l’avant-guerre et de la guerre – le franquisme.

Toutes ces batailles d’après-guerre, menées dans le climat de ce que l’on a appelé la guerre froide, n’épargnaient pas Robert VIZET. Pour son action contre la guerre, il fut en 1951 poursuivi puis inculpé – mais heureusement sans suite – devant un tribunal militaire.

Robert est arrivé à Palaiseau avec ses parents à l’âge de six ans. Il ne venait pas de loin, puisque né à Igny.

C’est à Palaiseau qu’à 18 ans il s’engagea dans la Résistance après avoir refusé le départ dans le Service de Travail Obligatoire (S.T.O).

Il fut élu Maire-adjoint en 1953 aux côtés de son ami Eugène DELOGES. Celui-ci le sollicitera en 1959 pour prendre sa succession.

Il deviendra maire de la ville à trois reprises et ceci durant 14 ans.

En 1979, il passera le flambeau à son camarade et ami Jean PACILLY.

Cette période constituera une riche et fructueuse activité pour Robert VIZET à la tête de l’équipe municipale de Palaiseau, commune qui connu un important essor.

Dans cette ville des jeunes aux anciens, des sportifs aux familles, ont le souvenir de ces années où la vie associative s’est développée et où chacun était sollicité afin de déterminer les choix de gestion.

A la mairie, au Conseil général, où il siègera durant 33 ans, son activité ne ralentira pas. Il faut bien souligner que la période fut encore plus fructueuse pour le département lorsque, de 1976 à 1982, une majorité de la gauche fit de Robert VIZET le vice-président de l’Assemblée départementale.

Robert a été de toutes les batailles pour l’emploi, les salaires, les droits syndicaux, qu’il s’agisse du soutien aux salariés de la S.F.I.M. ou à ceux des autres entreprises de la région.

Retenons également, parlant de l’activité de notre ami que sa pleine mesure se situe au niveau national.

Durant 14 ans, député puis sénateur, il fut un brillant porte-parole des groupes communistes et des habitants de l’Essonne.

On peut être frappé par ce fait : dans sa vie d’homme, Robert VIZET a été de tous les événements marquants, non en spectateur mais en acteur.

Homme de conviction, de caractère, de loyauté et d’union, il était à l’écoute de tous. Il tenait à cette écoute car il s’en ressentait plus motivé et plus fort pour mener avec le plus grand nombre les actions indispensables. Et chacun sait que sa patience et sa gentillesse faisait qu’il était sollicité en permanence.

Si les salariés, les progressistes le considèrent comme l’un des leurs, il force le respect de ses adversaires.

Bien fraternellement,

Amadou DEME

Secrétaire départemental

Fédération de l’Essonne

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Discours d’André Chassaigne au Congrès le 9 juillet 2018

Discours d’André Chassaigne au Congrès sur la réforme constitutionnelle

Terrible constat : ce régime brutalise la dé-mocratie ! L’objectif du lifting constitution-nel n’est pas de le démocratiser. Il est au contraire d’en accentuer la dérive oligar-chique.

La majorité au pouvoir mène la politique rêvée des 500 plus grandes fortunes de France. Des grandes fortunes « dingues » d’avoir seulement multiplié par deux leur « pognon » en dix ans.

Derrière ce déficit démocratique, une volonté : en finir avec la fonction législative des parlementaires, un objectif : imposer davantage encore la logique hyperprésidentialiste.

Au bout d’une année de pouvoir macroniste, le monde du travail a déjà subi une série d’agressions de la part de celui qui assume son titre de « président des riches », tout en accolant le nom de réforme à des mesures qui en réalité ne se justifient que par de considérations idéologiques d’essence purement néolibérale.

La première salve, d’une grande brutalité, a été la remise en cause des protections des salariés et l’augmentation de la CSG pour les retraités. Puis la première loi de finances a multiplié les cadeaux aux « premiers de cordée ». Enfin, après avoir supprimé l’impôt sur la fortune, le Président de la République nous a expliqué que le système de solidarité hérité du Conseil national de la Résistance coûte un « pognon de dingue » !

Lire l’intégralité du discours d’André Chassaigne.

Voir la vidéo du discours (ci-dessous)

Page Facebook des Députés Communistes

Page Facebook des Sénateurs Communistes Républicains Citoyens et Ecologistes

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Manifestation à Massy contre la fermeture des Hôpitaux de Nord-Essonne

Mardi 26 juin à 19h, Nicolas Samsoen, maire de Massy, avait convoqué les élus municipaux à une réunion à huis-clos avec G. Wasmer, directeur du Groupement hospitalier Nord-Essonne et auteur du projet de fusion/destruction des 3 hôpitaux de Juvisy, Longjumeau et Orsay. Une réunion discrète pour discuter, sans les citoyens, de l’avenir des hôpitaux du Nord de l’Essonne, sujet qui concerne ni plus ni moins que 800000 personnes. Plusieurs dizaines de personnes étaient venues pour s’inviter à cette réunion. Devant cet afflux inattendu par le maire, celui-ci a préféré annuler cette réunion « privée ».

Voir le communiqué du collectif local de défense des hôpitaux publics Juvisy, Orsay, Longjumeau.

Voir la vidéo.

Publié dans Non classé | 1 commentaire

Nouveau pacte ferroviaire : Les sénateurs communistes contre la casse du service public ferroviaire

La droite sénatoriale et les partisans de la majorité présidentielle ont adopté le projet de loi pour un « nouveau pacte ferroviaire ». Les séna­trices et sénateurs du groupe CRCE1 ont voté contre ce projet de loi qui livre au privé ce secteur d’intérêt général, structurant pour l’aménagement du territoire et ouvre la voie à la privatisation future de l’opérateur histori­que. Ce texte porte le risque de la création de nouveaux déserts ferro­viaires en subordonnant le droit à la mobilité à la rentabilité financière pour les opérateurs.

Éliane Assassi, au nom du groupe CRCE, dans son intervention, a dénoncé l’accord entre le gouvernement, la majorité d’En Marche et la majorité du Sénat pour transformer la SNCF en une myriade de sociétés anonymes, opérer la casse du statut de cheminot et procéder à l’ouver­ture à la concurrence. Elle a regretté que ce gouvernement agisse par dogmatisme alors que toutes les expériences de libéralisation du rail, au sein de l’Union européenne, ont été un fiasco aboutissant à une dégrada­tion du service et des conditions de travail, à une hausse de tarifs. Elle a dénoncé un projet technocratique, déconnecté du quotidien de nos conci­toyens pour qui la galère des transports n’est pas liée à la structure du marché mais bien plus aux désengagements de l’État et au sous-inves­tissement dans les réseaux. Elle a rappelé que le gouvernement aurait pu faire autrement et se saisir du règlement OSP2 pour préserver le modèle français qui permet une péréquation au niveau national et entre les différentes activités au sein de l’opérateur public, ainsi qu’un haut niveau de sécurité notamment du fait de la compétence des agents.

Au final, les sénatrices et sénateurs du groupe CRCE ont estimé que cette réforme était avant tout idéologique. Le « président des riches » et son gouvernement ont décidé de s’attaquer aux citoyens, et notamment les plus fragiles, et aux salariés ! Après les APL cet hiver, les « pseudos privilèges » des cheminots aujourd’hui, viendront demain les aides socia­les et les retraites. La réforme de la SNCF est un symbole, un repère social que le gouvernement et le président veulent faire sauter.

Les sénatrices et sénateurs du groupe continuent donc de demander le retrait de ce texte. Ils ont réitéré leur volonté d’une réforme ambitieuse pour construire le service public ferroviaire du XXIe siècle, écologiquement responsable et répondant aux besoins de la nation. Ils ont appelé le gou­vernement à faire cesser le conflit en engageant une véritable négocia­tion avec tous les partenaires sociaux.

[1] Groupe communiste, républicain, citoyen et écologiste
[2] Obligation de Service Publique

Voir tract de la section de Massy du PCF (juin 2018)

Voir tract « Changer OUI, casser NON ! »

Le Rail : L’expérience suédoise

La Suède est le premier pays en Europe à avoir privatisé le rail. La réforme est entrée en vigueur il y a plus de trente ans, mais elle ne fait pas l’unanimité.

Le train régional au départ de Stockholm pour Uppsala(Suède) aurait dû partir il y a près d’un quart d’heure ; le précédent, en face, a déjà été annulé. Enfin, une annonce, les passagers se lèvent d’un coup, c’est la course pour ne pas manquer l’autre train. En cette fin d’après-midi, ces passagers espèrent rentrer à Uppsala, ville située à 70 km de là.

La majorité de ces passagers prennent cette ligne tous les jours, certains depuis vingt ans. En Suède, sur certaines lignes très fréquentées, près de 30% des trains sont en retard.

Neuf compagnies ferroviaires se font concurrence dans le transport de passagers. Dans leur majorité, les Suédois souhaitent un retour au service public du rail. Le système leur coûte plus cher et les prestations ne sont pas à la hauteur, et il n’existe pas de lignes à grande vitesse.

Voir l’article et la vidéo : « Réforme SNCF : comment l’expérience suédoise a tourné au vinaigre » sur francetvinfo.fr

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire