Trinquier salit la mémoire de Maurice Audin dans le bulletin municipal.

25/11/2018

Richard Trinquier n’en a jamais fini avec la guerre d’Algérie, un jour il veut baptiser une rue de Wissous du nom de Raoul Salan, général putschiste lors de la guerre d’Algérie, un autre, à l’occasion de vœux en début d’année, il parle de l’Algerie comme une portion du territoire français que l’on a abandonné…

Maintenant, dans le bulletin municipal de Wissous du mois de novembre 2018 Trinquier salit la mémoire de Maurice Audin, torturé et assassiné par les parachutistes, en le qualifiant de porteur de valises du FLN (voir ci-dessous).

Qui était Maurice Audin ?

Maurice Audin, né le à Béja (Tunisie) et mort à Alger en 1957, est un mathématicien français, assistant à l’université d’Alger, membre du Parti communiste algérien et militant de l’indépendance algérienne.

Après son arrestation le 11 juin 1957 au cours de la bataille d’Alger, il disparaît, et meurt à une date inconnue. Son corps n’a jamais été retrouvé.

Pour ses proches ainsi que pour nombre de journalistes et d’historiens, notamment Pierre Vidal-Naquet, il est tué pendant son interrogatoire par des parachutistes. Cette thèse a longtemps été rejetée par l’armée et l’État français, qui affirmait qu’il s’était évadé, jusqu’à ce que le général Aussaresses affirme avoir donné l’ordre de le tuer au couteau pour faire croire à un meurtre par des Algériens. La première reconnaissance officielle par la France de la mort en détention de Maurice Audin est faite en juin 2014, par le président François Hollande, sans toutefois rendre publics les documents le confirmant. Le , le président Emmanuel Macron reconnaît officiellement les responsabilités de l’État français et de l’armée française dans cet assassinat.

Voir l’émission « Pièces à conviction » consacrée à Maurice Audin (27 juin 2001)

Voir la vidéo sur France24 (13 septembre 2018)

 

 

 

 

 

Publicités

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :