Sport et dopage : un marché de dupes

19/06/2018

Résumé de l’article « Sport et dopage : un marché de dupes », la « Vie Nouvelle », numéro de mai/juin 2018. Voir l’entretien dans son intégralité.

Peut-on moraliser le sport sans mettre en cause l’économie de marché ?

Peut-on efficacement lutter contre le dopage dans une société fondée sur le culte de la performance individuelle ?

Plus vite, plus haut, plus fort. Pourquoi ? Entretien avec Jean-François Bourg, économiste du sport.

Dans une société de compétition et de performance, le dopage répond à une logique collective.

Depuis les années 80, le sport est le reflet des nouvelles formes du capitalisme qui a recomposé tous les secteurs de la vie sociale autour des valeurs du marché dans une logique de rentabilité financière. C’est alors la cotation en bourse des clubs, la privatisation des Jeux Olympiques, l’arrivée des sportifs professionnels et des sponsors, l’éclosion des chaînes de télévision à péage et la généralisation du dopage moderne.

En 2015, le dopage est un flux mafieux et criminel d’environ 30 milliards d’euros, la lutte contre le dopage c’est seulement 250 millions d’euros !

(voir l’article de la « Vie Nouvelle » dans son intégralité)

 

 

 

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :