Nations Unies : L’Arabie saoudite, royaume de l’égalité hommes-femmes ? On croit rêver !

10 mai 2017

L’Arabie Saoudite élue à la Commission des droits des femmes de l’ONU.

Le 22 avril dernier, 47 des 54 membres du Conseil économique et social de l’ONU ont approuvé l’entrée de l’Arabie saoudite au sein de la Commission de la condition des femmes des Nations unies(1). Le vote s’est fait à bulletin secret au sein du Conseil économique et social des Nations unies, mais on sait que cinq pays européen ont voté pour.

Pour Hiller Neuer, de l’ONG de défense des droits de l’homme, UN Watch(2), « Élire l’Arabie saoudite à la protection des droits des femmes, c’est comme nommer un pyromane chef des pompiers ». « C’est absurde », a-t-il renchéri, précisant que « les discriminations saoudiennes contre les femmes dans les lois et dans la réalité sont répugnantes ».

L’Arabie saoudite pratique un islam rigoriste à travers la charia. Les femmes sont privées de toute liberté : elles sont considérées comme mineures. « Chaque femme saoudienne doit avoir un tuteur masculin qui prend toutes les décisions importantes en son nom contrôlant la vie d’une femme depuis sa naissance jusqu’à sa mort » rapporte UN Watch. Elles n’ont pas le droit de conduire ou même de porter les vêtements qu’elles souhaitent. Tenues noires obligatoires. Elles doivent avoir la permission d’un mâle de la famille pour ouvrir un compte en banque, détenir un passeport, sortir du domicile ou même se soigner. Cette monarchie wahhabite(3), d’un autre âge,  pourra ainsi participer de 2018 à 2022 à un organisme censé promouvoir l’égalité des sexes et l’autonomie des femmes !

Cette dérive de l’ONU n’est pas nouvelle, déjà en juin 2015, l’ONU avait nommé l’Arabie saoudite à la tête de sa commission des droits de l’homme des Nations unies. Rappelons que le nombre des exécutions dans ce pays s’élève à plus de 150 par an depuis 2015 ! UN Watch, avait jugé alors, qu’il était « scandaleux que les Nations unies choisissent un pays qui a décapité plus de personnes que l’État islamique »  et « détient sans doute le pire des records en matière de liberté religieuse et de droits des femmes » pour ce poste clé. Les minorités (ethniques, religieuses, sexuelles) et les opposants politiques y sont également sévèrement traités et régulièrement condamnés. À l’époque, ni les États-Unis, ni l’Union européenne, ni la France, ne s’étaient opposés à cette nomination.

(1)     Outre l’Arabie saoudite, 12 autres pays commenceront leur mandat dans cette commission en 2018 : l’Algérie, les Comores, la République démocratique du Congo, le Ghana, le Kenya, l’Irak, le Japon, la Corée du Sud, le Turkménistan, l’Equateur, Haïti et le Nicaragua.
(2)     UN Watch, est une ONG qui se donne pour mission « d’assurer que l’ONU respecte sa propre Charte et que les Droits de l’Homme soient accessibles à tous ». Elle est accréditée du statut consultatif auprès du Conseil économique et social des Nations unies et est depuis associée au Département de l’Information publique de l’ONU.
(3)    Wahhabisme : doctrine  ayant inspiré des groupes terroristes tels que Al-Quaida, DAESH, Boko Haram ou les Talibans.
Publicités

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :