NON AU PROJET CDG EXPRESS

27 janvier 2019

Le CDG express vous avez dû en entendre parler, ce train qui doit desservir l’aéroport Charles-de-Gaulle depuis la gare de Paris-Est, sans arrêt, soit en 20 minutes environ. Mais ce projet au coût exorbitant est destiné essentiellement aux plus riches, et n’a en fait aucun intérêt, par contre les moyens financiers dégagés pourraient permettre d’améliorer les lignes de RER complètement saturées, et notamment la ligne B.

Le CDG Express, c’est :

  • Un coût prohibitif : 1,7 milliards d’euros

    Un projet inutile au coût faramineux : la conception et la construction de l’infrastructure de la liaison CDG Express est estimé à 1,645 milliard d’euros.

    De quoi rénover un bon nombre de lignes existantes, alors que seulement 6% des passagers du RER B se reporteront sur le CDG Express.

  • Un billet à 24€ : un service pour les plus aisés

    Aujourd’hui le trajet en RER B est gratuit pour les détenteurs du Pass Navigo et de 10€ pour les autres usagers. Un aller simple avec le CDG Express coûtera 24€, le Pass Navigo ne sera pas utilisable sur cette ligne.

    Un mode de transport inaccessible pour les citoyens aux revenus modestes, réservé aux touristes aisés de loisir ou d’affaire. Voilà une conception des transports publics… à deux vitesses.

  • Une sur-saturation du réseau

    Le CDG Express empruntera les voies qui régulent quotidiennement le trafic de nombreux trains, notamment du RER B. Conséquence : plus de retards sur le RER B et les autres lignes connexes, voire un blocage complet de la circulation…

    Île-de-France Mobilités (anciennement STIF) estime cette perte de ponctualité à 1,5 milliard d’euros.

  • Une ligne sans intérêt pour les banlieues

    Un projet rendu largement superflu par la modernisation du réseau existant et la réalisation du métro 17, reliant le nord de Paris à l’aéroport CDG en passant par le Bourget-RER.

    Plutôt que de financer un train fantôme, ce budget pourrait être investi dans l’amélioration du réseau existant et du quotidien de centaines de milliers de personnes.

  • Un impact négatif sur les territoires traversés

    La construction de l’infrastructure se fera au détriment de terres agricoles ou encore de projets de renouvellement urbains, malgré l’opposition de nombreux élus.

    Les riverains souffriront des nuisances sonores, sans pouvoir profiter de ce service.

  • Un modèle économique injuste

    Ne devant bénéficier d’aucune subvention publique, le financement serait porté par SNCF Réseau et par Aéroport de Paris, grâce à une taxe sur les billets d’avion payée par tous les passagers. En effet le prix des billets ne peut pas couvrir le coût du projet.

    Tout ceci pour financer une ligne VIP qui ne profite qu’aux voyageurs les plus aisés…

  • Seulement 10 mn de gagnées par rapport au RER B

    Aujourd’hui le RER B met entre 30 et 50 minutes pour faire ce trajet. Le CDG Express mettra 20 minutes… au mieux. Au total, on pourra gagner entre 10 à 30 minutes sur le même trajet.

    Voilà qui fait cher la minute, alors que le réseau existant pourrait grandement bénéficier d’investissement supplémentaires.

  • Des expropriations déjà prévues

    Le projet est imposé par l’Etat, aux opérateurs, à de nombreux élus et à la population. Grâce à la loi Macron et une procédure spéciale “d’extrême urgence”, les expropriations seront facilitées.

    De quoi enterrer rapidement les contestations.

Voir l’historique du projet et les arguments

Voir article du Parisien du 30 décembre 2018 : CDG Express : «Si on ne concerte pas Mitry, on ne concerte personne !»

lien vers le site : « NON AU CDG EXPRESS ».

 

 

Publicités

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :