Lettre ouverte à Guillaume Wasmer, Directeur du GHNE

13 nov. 2017 — Lettre ouverte à Guillaume WASMER,
Directeur du Groupement Hospitalier Nord Essonne (GHNE)

Monsieur,

Votre lettre du 25 août 2017, adressée aux agents du Groupement Hospitalier Nord Essonne, a retenu toute l’attention du Comité de Défense des Hôpitaux du Nord Essonne.
Vous y mentionnez le constat par l’ARS d’une gestion déficitaire et la confirmation de l’extrême fragilité du montage financier qui a présidé à l’élaboration.1/ Le projet de fermeture des 3 hôpitaux de Juvisy, Longjumeau et Orsay, lié artificiellement au projet de construction d’un nouvel établissement hospitalier sur le plateau de Saclay a bien été monté en dépit des réalités du territoire en question.
Avec pour conséquence, nous reprenons vos propres termes : “notre trajectoire financière connait […] une dégradation sans précédent.”
On anticiperait sur la fermeture des trois hôpitaux pour justifier la construction du projet d’un hôpital sur le plateau de Saclay, que l’on ne s’y prendrait pas autrement.Mais, en vous lisant, on comprend aussi que votre projet bat de l’aile.

2/ Vous reconnaissez vous-même que l’ARS et le COPERMO(2) ont reporté le projet parce que “la marge d’exploitation dégagée par notre groupement était de loin la plus faible de tous les groupements hospitaliers térritoriaux d’Ile de France”.
Pour “ dégager une marge d’exploitation plus importante” vous organisez l’activité à la baisse
– vous supprimez des lits en dépit des besoins croissants du territoire du Nord Essonne;
– vous orientez des patients vers d’autres établissements publics ou privés pour des services dont les 3 établissements sont pourvus;
– vous négligez l’entretien et la maintenance des trois établissements (chaudières, fuites en toitures, carrelages décollés, etc.)

3/ Vous manquez de cohérence de gestion
Nous nous réjouissons de l’inauguration du nouveau plateau de gynécologie-obstétrique à Longjumeau pour une valeur de 756 000 €. Mais, dans le même temps, nous nous interrogeons sur la pénurie en matériel médical usuel.
Bref, vous reconnaissez que vous êtes sous supervision de l’ARS , que la “trajectoire financière” n’est pas du tout assurée et connaît une “dégradation… sans précédent”, et qu’il vous faut trouver 6 millions d’euros. Moyennant quoi vous prétendez qu’ “il n’y a pas d’alternative, pas d’échappatoire”.

Pour atteindre vos objectifs, vous mettez la pression sur un système déjà exsangue, des personnels hospitaliers à bout, sans les ressources nécessaires pour mener à bien leur service et qui travaillent dans des conditions matérielles déplorables.
De fait, vous faites passer le financement de votre projet avant l’intérêt des malades .
D’ailleurs, le mot “patients” ne figure qu’une seule fois dans votre courrier, ces patients qui pourtant sont la raison d’être de l’hôpital public.
Votre ambition vous amène à poursuivre un projet démesuré, monté de toutes pièces, au mépris de la réalité du territoire, des besoins des habitants, des réticences de l’ARS, de la fragilité du projet, ce qui va précipiter des salarié.e.s et près de 500 000 habitants dans la récarité sanitaire et financière.
Forts de nos 28 200 signatures et des motions de soutien signées unanimement par le conseil municipal de plusieurs villes de l’Essonne, nous allons tout faire pour obtenir de l’ARS l’abandon du projet de destruction des hôpitaux de proximité de Juvisy, Longjumeau et Orsay qui répondent, eux, à une offre de soins de proximité.

Avec nos salutations distinguées,
Le Comité de Défense des Hôpitaux du Nord Essonne
Le 23 octobre 2017

Signez la pétition en cliquant ici.

Publicités

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :