Jérusalem : Trump, la stratégie du pire

Le Président des États-Unis a parfaitement compris la politique israélienne du fait accompli. Il y a 70 ans Israël s’est emparé de la partie Ouest de la ville en violation du plan de partage décidé par l’ONU, et il y a 50 ans, il occupait Jérusalem-Est en vue de l’annexer et d’en faire « sa capitale éternelle, une et indivisible ».

Il y a poutant des accords internationaux et des résolutions de l’ONU, qui définissent la ligne d’armistice de 1948 (la « ligne verte ») comme la frontière entre l’État d’Israël et le futur État palestinien : ce qui est à l’Est de la ligne verte, et notamment Jérusalem-Est, est internationalement défini comme la partie palestinienne de Jérusalem, destinée à devenir la capitale du futur État de Palestine.

Mais l’État d’Israël ne respecte aucune résolution de l’ONU, pas plus celles concernant Jérusalem que les autres. Ce qui est au cœur des projets israéliens c’est déposséder le Peuple Palestinien de ses terres. L’accroissement à marche forcée depuis un an des constructions dans les colonies et le récent projet de loi visant à annexer toujours plus de terre autour de Jérusalem sont là pour en apporter la preuve.

Si aucune ambassade n’est installée à Jérusalem c’est justement parce que la communauté internationale ne l’a jamais reconnue comme capitale d’Israël, tant qu’un accord n’aura pas été trouvé avec les Palestiniens. Mais Trump n’en a cure, il entend déménager l’ambassade des États-Unis à Jérusalem.

Il y a 6 mois, il déclarait vouloir donner une chance à la paix. Mais le plan américain pour soi-disant résoudre le « conflit israélo-palestinien », c’est dans un élan de générosité rarement égalé, de laisser aux Palestiniens quelques enclaves isolées les unes des autres en oubliant bien sûr les questions de Jérusalem et des réfugiés. C’est la constitution de Bantoustans chers à l’Afrique du Sud raciste.

Ce transfert de l’ambassade c’est la reconnaissance de facto de l’annexion de Jérusalem et son « unification ». Ce serait un acte irréparable : bien au-delà de la colère du peuple palestinien pour qui ce serait la énième dépossession depuis 100 ans, il enflammerait le monde arabe. Cela ne met en évidence, une fois de plus, la plus totale irresponsabilité de l’actuel président des États-Unis

Il faut arrêter cela et imposer le droit. Si la décision de Trump devait aller dans ce sens, la France devra prendre acte du discrédit des États-Unis pour toute solution de paix, et agir pour imposer le droit et reconnaître la Palestine dans ses frontières de 1967 avec Jérusalem-Est pour capitale.

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :