Diminution des horaires d’ouverture des bureaux de poste en Essonne

Article paru dans  Le Parisien du 18 septembre 2017

Plusieurs bureaux de poste du département pourraient voir leurs horaires d’ouverture diminuer. La Poste se veut rassurante et augmente le nombre de « points de contacts », notamment dans des magasins.

« Il ne faut pas que l’on oublie que La Poste est un service public à l’origine ! » Bernard Vera, sénateur (PCF) de l’Essonne candidat à sa réélection, se veut le porte-parole des maires face aux projets de La Poste dans le département.

Car celui qui est aussi président de la commission départementale de présence postale territoriale de l’Essonne s’inquiète de certains projets à venir pour les 108 bureaux du département. « Au moins 15 vont avoir des horaires d’ouverture diminués de plus de 10 heures par semaine », assure-t-il.

Le bureau de Briis-sous-Forges, la commune qu’il a dirigée pendant 15 ans, est par exemple déjà été concerné. Comme lui, de nombreux élus contestent ces changements, « mais n’ont pas de poids face à ces décisions ». « La logique de rentabilité nous éloigne des besoins du public des territoires ruraux qui sont les premiers touchés », peste le maire PCF.

« On a perdu 50 % de notre temps d’ouverture. On n’a que des demi-journées, le bureau a été fermé tout l’été, renchérit Paul Raymond, le maire (SE) de Nozay. Ceux qui travaillent n’y ont pas accès. » Il doit d’ailleurs rencontrer les dirigeants du groupe de distribution de courrier prochainement.

« Pas de fermeture sans accord du maire »

La direction du réseau justement, a une explication très rationnelle à ces décisions. « Nous modifions les horaires en fonction de la fréquentation des lieux et des opérations qui y sont effectuées », explique Lionel Folch, directeur régional.

En contrepartie, La Poste a augmenté son nombre de point de contact (bureau, relais commerces, agence communale) cette année. « Donner cette mission à un petit commerce qui fonctionne moins bien mais est ouvert 60 heures, c’est gagnant-gagnant », conclut le directeur. Et un budget de 2 M€ à 3 M€ est attribué à la modernisation chaque année dans les grands bureaux, comme à Juvisy-sur-Orge et Brunoy en ce moment.

Pas de quoi rassurer Bernard Vera qui craint que « 23 projets de restructuration soient en cours ». Des bureaux pourraient, selon lui, se transformer en agence postale communale (le service est alors géré par un employé de la ville) ou en relais commerçant. Les élus concernés sont en pourparlers avec la direction. « Nous ne prenons pas de décision, pour les agences communales, sans accord du conseil municipal et sans accord du maire pour les relais commerçants », prévient Lionel Folch.

Publicités

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :