Concentration, privatisation

29/06/2017

Le SSIAD (Service de soins infirmiers à domicile) est un service public médico-social de la Ville de Verrières qui offre aux personnes âgées et/ou dépendantes  des  soins permettant le maintien à domicile, sur les communes de Verrières, Vauhallan, Igny et Bièvres. Il offre 43 « lits ».

Le service fonctionne bien, 7 jours sur 7,  malgré des difficultés de recrutement. Le personnel comprend deux fonctionnaires territoriaux, les autres étant employé-e-s en CDD. Habilitation et financement sont donnés par l’ARS (Agence régionale de santé).

Or l’ARS attribue les difficultés du SSIAD à sa taille jugée trop petite, et exige donc un regroupement avec une ou plusieurs structures voisines.

Notons ici l’analogie avec ce qui s’annonce pour l’hôpital public dans le nord de l’Essonne : fermeture des hôpitaux de Juvisy, Longjumeau et Orsay et construction d’un « grand » hôpital sur le plateau de Saclay.

Pour notre SSIAD, la structure alliée choisie sera sans doute l’association Triade 91, qui couvre Massy, Palaiseau, Villejust et Villebon, le nouvel ensemble offrant 120 « lits ».

Mais du même coup  on passe d’un service public à un employeur privé.

Cette issue libérale, sous la contrainte de l’ARS, n’est qu’une solution à court terme : on s’allie à un partenaire privé de taille comparable, en espérant  résoudre les difficultés de recrutement, et que l’ARS n’exige pas bientôt un nouveau regroupement.

Mais puisque le recrutement est  le cœur du problème, il est légitime de s’interroger : on nous dit que les employé-e-s ne peuvent pas obtenir de CDI de droit privé et qu’hésitant à passer un concours de titularisation, ils-elles quittent le service. Gageons qu’une formation préparatoire au concours,  et  surtout de meilleurs salaires rendraient ce concours plus attractif. Les conditions de travail aussi participent au cercle vicieux : difficultés de recrutement, donc manque de personnel et surcharge de travail, donc difficultés de recrutement.

La privatisation ne résoudra rien à long terme : il est urgent de prendre conscience qu’il nous faut payer convenablement les professionnel-le-s de l’aide à la personne.

Votre élu Verrières Ville Ouverte, Dominique Grissolange

Publicités

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :