AUTOROUTE A10 GRATUITE : Les élus communistes sur le terrain.

20 mai 2017

Bernard Véra au péage de Saint-Arnoult-en-Yvelines

Le 16 mai, l’association A10 Gratuite était une nouvelle fois sur le terrain à la sortie de St Arnoult-en-Yvelines pour sensibiliser les automobilistes à la question. De nombreux élus dont Bernard VERA, sénateur communiste, étaient venus prêter main forte.

Alors que les autoroutes « historiques » franciliennes sont à péage à environ 50 km de Paris ou aux limites de la région Ile de France, l’A10 et l’A11 sont payantes à 23 km de Paris.

En raison de leurs caractères urbains et péri urbains, ces tronçons autoroutiers ont un rôle structurant pour les transports du quotidien, notamment les trajets domicile-travail. Le territoire concerné est délaissé depuis plus de 60 ans par les investissements en transports collectifs, comme le sont d’ailleurs plus généralement les territoires péri urbains des grandes agglomérations.

Cette situation inique a des conséquences sociales, économiques et environnementales déplorables :

  • Tout d’abord pour les salariés qui acquittent jusqu’à 1.300€/an sur les tronçons concernés pour les seuls trajets domicile-travail.
  • Ensuite pour les habitants des villages situés sur le réseau secondaire saturé par le transfert de trafic produit par les effets dissuasifs du péage (RN20, RD 988, RD116, RD 27…pour le territoire concerné).

Les moyens existent pour répondre à cette demande. Rappelons par exemple qu’en 8 ans, le taux de profitabilité (net/CA) des concessions autoroutières est passé de 17.7% à 25.7%, soit le doublement de leur résultat net qui passe de 920 M€ à 1.800 M€. Cette revendication représente moins de 0.3% de ce pactole.

La connivence Etat-concessionnaires doit cesser.

Le gouvernement doit s’engager enfin à faire prévaloir l’intérêt général en renégociant les contrats de concession en faveur des usagers. Dans ce cadre, il faut qu’il ouvre les consultations pour la gratuité des tronçons franciliens de l’A10 et de l’A11.

Toutes celles et tous ceux qui sont rackettés matin et soir par les péages autoroutiers dans leurs trajets domicile travail quel que soit le lieu où ce racket se produit sont concernés par cette revendication.

Publicités

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :